AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Le Deal du moment : -52%
AUKEY Écouteurs Bluetooth 5 sans Fil – ...
Voir le deal
28.78 €

Reviens-nous vite ! (Pv Sasha)
Book of Beasts :: Rives du Mississippi :: Mid-City :: Hôpital Central

Caleb O'Brien
Sorcier
☾ Faceclaim : Théo James
☾ Messages : 136
☾ Date d'inscription : 08/11/2019

Sam 21 Mar - 18:16
Reviens-nous vite !

feat Caleb O'Brien & Sasha Duschene

3 Novembre 2018

La soirée n'a été clémente avec personne et alors qu'il regarde l'infirmier s'occuper de ses blessures, le sorcier se dit que tout ça aurait pu mal tourné. Lancer le sortilège de localisation ne lui a pas pris tant de puissance que cela, si bien que l'animaliste a pu rapidement envoyer ses deux furets infiltrer l'intérieur du bâtiment tandis que son familier faisait le tour de ce dernier lui permettant un repérage complet et varié de l'intérieur et de l'extérieur. Tout s'est bien passé au départ, jusqu'à ce qu'ils entrent. Malgré toutes les précautions prises, trouver les prisonnier n'a pas été si aisé. L'attitude calme de Caleb lui a permit de se reprendre rapidement alors que le premier chasseur lui sautait dessus. Visiblement un idiot qui s'imaginait que le brun utiliserait ses pouvoirs et se viderait de ses forces. Ce que les gens ignore avec l'Irlandais, c'est que ce dernier n'a aucun pouvoir offensif, rien qui ne blesse réellement quelqu'un. Il peut bien évidemment contraindre une personne a dire la vérité, mais cela ne crée aucune blessure physique, il n'y a que l'esprit qui en prend un léger coup et encore, la personne a tendance à s'en remettre assez vite. Non, la véritable puissance du sorcier se situe dans son entraînement au combat. Cet entraînement militaire qu'on lui a inculqué depuis sa plus tendre enfance et qu'il a continué, comme une habitude. Si extérieurement l'homme ne montre rien, il n'en reste pas moins cette machine de guerre que ses parents ont voulu faire de lui. Connaissance de nombreuses armes, à feu, à distance, au corps à corps. Une dans chaque spécialité. Connaissance des stratégies militaires de premier ordre. Le détective est paré à toute éventualité. Et même s'il lui reste des choses à peaufiné et à apprendre, il n'en reste pas moins un véritable guerrier.

C'est cela qu'il a mis en avant face à ces chasseurs. Chacun sur un pied d'égalité, pour leur montrer que ce n'était pas le sorcier qui se battait contre les chasseurs, mais l'homme qui se battait pour ses amis. Une grosse différence dans la tête du jeune homme qui l'a poussé au bout du compte à assommer le premier chasseur alors que dernier lui plantait un coup de couteau dans le flanc. Cela ne l'a pas empêcher de s'attaquer au second qui lui a fini par lui déboîter l'épaule, obligeant Caleb a utiliser son autre bras pour le mettre KO et lui offrir une chance de récupérer Alaïs, son amie de toujours, petite sœur de cœur qu'il a pris sous son aile en arrivant à la Nouvelle-Orléans pour sa nouvelle vie. Même en vrac, le sorcier n'a pas hésité une seule seconde a découvrir son visage devant Benjamin, secouriste au grand cœur qui s'est finalement avéré un chasseur. Au final, les choses avancent d'une façon étrange. Les connaissances sont des ennemis, alors que les amis s'avère être autre chose qu'il n'arrive pas à déterminé. Plonger dans ses pensées sur le chemin du retour, il a presque loupé Tic qui revenait paniqué vers lui. Ne comprenant pas pourquoi l'animal revenait alors qu'il était resté près de Sasha pour la surveiller à sa place, le télépathe s'est tout de suite inquiété et à laisser Alaïs à un autre sorcier alors qu'il courrait pour aller chercher sa légiste préféré. Quand il l'a trouvé... Caleb se souviendra toujours de cette vision d'horreur. La jeune fille n'a rien d'une combattante, elle n'a rien d'une menace, cela ne l'a pas empêché de se prendre des balles.

Du mieux qu'il a pu, le détective a emporté sa consœur dehors, la portant avec son bras valide. Une épreuve qu'il n'avait encore jamais fait, mais qu'il recommencerait sans sourciller si cela était nécessaire. Chaque fois que ses yeux se ferment un petit instant dans cet hôpital, il a l'impression de voir les balles arriver sur Sasha en étant carrément incapable de les arrêter. L'horreur de la situation l'oblige à relever la tête, grincer des dents jusqu'à ce que son tour arrive. Il a laissé passé les plus blessé, il paraît qu'Aubeline est dans un sale état, peut-être qu'il devrait aussi aller la voir. Un autre soupir s'échappe de ses lèvres alors que la blessure du couteau l'élance. Mais cette douleur n'est rien par rapport à ce qu'on lui faisait endurer pour le faire devenir plus fort. Combien de coup ? D'os cassé pour arriver à ce résultat ? Pour arrivé à ce que la plus petite douleur ne soit rien d'autre qu'infime et qu'on puisse la reléguer plus loin. Le brun n'en sait rien, c'est devenu habituel pour lui et alors que l'infirmier -plutôt sexy cela dit en passant- lui dit que ce sera probablement douloureux, l'Irlandais lui dirait bien que ses os se sont cassés tellement de fois qu'une épaule déboîté n'est rien en comparaison. Une fois son épaule remise en place sans aucun tressaillement de douleur qui a fait grimacer l'infirmier et pesté contre les militaires trop dure à la douleur, se fut le tour de son entaille à l'abdomen et pour cela il reçu une réprimande sévère. Visiblement, le sorcier avait eu de la chance. Trop inquiet pour Sasha, il n'en avait cure de ses blessures et une fois ces dernières soigné, le brun s'est levé, a remercié son son infirmier et le bras en écharpe s'est rendu au chevet de Sasha.

Bien évidemment les idiots ne voulaient pas le laisser passer alors il a bien dû inventer un subterfuge. Quoi de mieux que de dire qu'il était le fiancé et qu'il voulait la voir. Piètre mensonge très honnêtement, le télépathe avait fait bien mieux franchement. Une fois dans la chambre de cette dernière, le jeune homme n'a pu s'empêcher de tenter d'utiliser sa main gauche, celle dont l'épaule était bien évidemment bloqué. Un soupir lui a échappé alors que de sa main droite il caressait doucement les cheveux de la légiste. Tic et Tac qui l'avait accompagné discrètement dans son sac sortirent pour se coucher de part et d'autre de la tête de la jeune femme. « Bon sang, la trouille que tu m'as faite. Plus jamais ça. » Je soupir doucement alors qu'une douleur sourde pointe dans mon cœur. J'ai eu l'impression que j'allais perdre un membre de ma famille quand je l'ai embarqué. « Va vraiment falloir que je te donne des cours au moins pour te défendre, ce n'est pas possible autrement. » Est-ce qu'elle dort ? Probablement, ses balles lui ont été enlevé peu de temps auparavant et si aucune d'elle n'a été mortel, elles ont quand même fait du dégât. Un thaumaturge devrait passé rapidement. Caleb pourrait le faire, mais son énergie est à plat. Combattre la douleur demande bien plus d'énergie qu'on ne pourrait penser. « Je t'en prie Sasha, réveille-toi. Ou alors je te traîne direct en plein milieu d'une foule pour bien te mettre mal à l'aise ! » Une menace qu'il ne mettrait jamais à exécution, mais il n'avait rien trouvé d'autre pour qu'elle ouvre de nouveau les yeux pour rire avec lui.



Voir le profil de l'utilisateur

Sasha Duschene
Sorcière
☾ Faceclaim : Taissa Farmiga
☾ Messages : 123
☾ Date d'inscription : 13/01/2020

Sam 21 Mar - 19:28
La récupération d’Alaïs et de Marie et des quatre autres… Je ne l’avais pas imaginé comme cela. Vraiment pas. J’avais maintenant l’expérience d’être une cible de tir au pigeon. J’étais tellement focalisée sur sauver les nôtres et Alaïs que je n’avais plus fait attention à moi. Je voulais protéger tout le monde… Et j’avais morflé. J’avais vraiment cru que j’allais y passer, j’avais refusé l’aide des autres, leur ordonnant de partir que j’allais arriver d’une manière ou d’une autre. J’avais surtout à moitié glissé contre un mur, laissant une traînée de sang derrière moi. J’avais le côté droit de mon corps à moitié mort. Du sang dégoulinait tout le long de mon bras troué de trois balles et ma cuisse droit ne supportait plus mon poids à cause d’une balle. Le pire était le carreau d’arbalète dans mon épaule. J’ignorais qui m’avait tiré dessus… Mais visiblement il était doué et le poison brûlait mon corps. Mais au moins j’avais l’honneur de n’avoir tué personne.

Je me sentis glissé vers la mort alors que je me préparais mentalement à mourir, j’étais prête à lancer une formule pour tout faire exploser. Mais j’avais senti quelqu’un me soulever et m’emporter. Le parfum que je sentis me rappelait celui de Caleb. Mais la douleur m’entoura dans un cocon obscur. Je n’entendis rien, ne vis plus rien pendant un long moment. Je flottai en entendant les murmures autour de moi, les murmures des morts, je les reconnaissais… Je flottais jusqu’à entendre une voix, grave et sentir quelque chose sur mon torse, une chaleur douce autour de ma tête avec une petite odeur que je ne connaissais pas. Quelqu’un me caressait les cheveux. Je lutais contre moi-même pour tenter d’ouvrir les yeux. La voix… C’était Caleb… Le poids sur ma poitrine, je le reconnaissais… Samson… Je sentis un léger sourire étirer mes lèvres à sa remarque. Et un autre plus franc à sa remarque.

J’ouvris péniblement les yeux avant de grogner en voyant la lumière au-dessus de moi. La lumière était plus que blafarde, un hôpital ? J’imaginais qu’il y avait eut les soins et qu’on avait déjà extrait les balles et le carreau. Je tournai la tête vers Caleb en souriant. J’étais shootée par les médicaments, Samson eut un petit sifflement doux et je compris que l’odeur c’était les furets. Je souris à Caleb.

« Tu sais que tu me traînes dans une foule… T’auras un cadavre sur les bras… Puis… tu serais encore plus mal à l’aise que moi… »

Je cillais tout doucement en examinant vaguement l’endroit. Perfusion dans le bras gauche. J’observai mon ami avant de tenter une blague.

« J’ai enfin réalisé mon rêve… Être une cible de tir au pigeon… Ça va, toi ? T’as pas l’air en super état… Désolé… pour… ce qu’il s’est passé… Je voulais pas te mettre en danger. »

J’étais sincèrement désolée qu’il se soit mis en danger pour moi. Je parlais avec difficulté, j’étais shooté… Je détestais ça. J’eus un ricanement.

« Ils m’ont shooté à la kétamine ou quoi ? J’ai l’impression d’avoir but une bouteille de vodka pure…»

Je ne quittais pas des yeux Caleb alors que Samson venait doucement se nicher contre ma gorge en sifflnat tout doucement. Je souris et le laissais faire.
Voir le profil de l'utilisateur

Caleb O'Brien
Sorcier
☾ Faceclaim : Théo James
☾ Messages : 136
☾ Date d'inscription : 08/11/2019

Jeu 2 Avr - 22:09
Reviens-nous vite !

feat Caleb O'Brien & Sasha Duschene

Tout ça aurait très bien pu vraiment mal tourné. L'idée que Sasha ait pu mourir fait froid dans le dos du sorcier. L'idée même qu'ils aient pu perdre cette belle âme le rend carrément furax. Il n'y a qu'à regardé son état actuel. Combattant émérite, le télépathe s'en est sortit avec une épaule en vrac et une magnifique lacération qu'il n'a pas voulu faire soigner par un thaumaturge. Il était hors de question pour lui de prendre de l'énergie alors que d'autres en avait plus besoin. De plus, c'était clairement sa faute. Se faire avoir de la sorte... l'Irlandais en a presque honte franchement. Si encore ils avaient été plusieurs, mais il n'y en avait que deux. Deux chasseurs, un sorcier et malgré le fait qu'il soit sortit de cette confrontation contrairement aux deux autres, le détective s'est rendu compte qu'il avait merdé quand son épaule est partit en vrac. Lui, endurant à la douleur, entraîné depuis sa plus tendre enfance, se faire avoir par deux chasseurs... Ouais Caleb a honte de s'être laissé avoir, mais trop absorbé par le fait de secourir Alaïs il en a oublié de faire attention. Pathétique petit soldat qui en oublie la première règle élémentaire. Un soupir s'échappe de ses lèvres alors qu'il regarde Sasha. Couché de cette façon, si silencieuse, il a l'impression de l'avoir perdu. Dire qu'il s'était promis de la protéger, eh bien il a bien échoué. Secouant la tête, il ne peut s'empêcher de dire tout et n'importe quoi pour la réveiller et lorsque c'est fait un sourire se dessine sur les lèvres du brun. « Carrément pas. C'est pas que je ne me sens pas à l'aise. C'est que je n'en vois pas l'intérêt et je n'aime pas ça ! Ne confond pas tout. »

Que c'est bon de pouvoir dialoguer avec elle sans qu'elle ne soit dans les vappes. Bon dieu, la trouille. Le télépathe tremble encore à l'idée que toutes ses blessures auraient pu être mortel. « Tu rigoles ou quoi ? C'est toi qui n'aurait clairement pas dû être en danger. » Il secoue la tête et soupire. « Sasha, j'ai été formé pour être un combattant hors pair. On m'a rendu plus endurant à la douleur, plus endurant tout court. On m'a appris à manier diverses armes. J'aurais dû te protéger et j'ai lamentablement échoué. En plus, trop accaparé par le sauvetage, j'en ai oublié la règle élémentaire du bon combat. "Toujours faire attention à ses arrières." L'une de ses fichus chasseur a attiré mon attention et l'autre s'est glissé derrière moi avec une foutue dague qu'il m'a planté entre les côtes. » Le détective secoue la tête, totalement dépité par sa propre stupidité. « Et après ça l'autre crétin a profité de ma faiblesse pour m'arracher une épaule. La belle affaire. Je serais retapé en moins de deux. Toi par contre. » Il secoue une nouvelle fois la tête. « Quand je t'ai retrouvé, t'imagine même pas la gueule que j'ai tiré bordel. Te voir dans cet état, j'aurais dû t'assigner Tempête et pas ce foutu furet ! » Le sorcier est furieux contre lui. « Non, j'aurais carrément dû t'empêcher d'y aller. » Il s'arrête un instant et reprend. « Dés que tu sors d'ici je te file des putains de cours d'auto-défense, parce que franchement, se jeter la tête la première dans la bataille alors qu'on ne sait pas se battre c'est plus du suicide que de l'aide. » En colère ? Carrément. Mais en colère contre lui. L'Irlandais ne veut plus jamais ressentir la peur qui l'a pris au tripes quand il a cru qu'elle allait y passer.

Heureusement pour lui, il est plutôt endurant à la douleur, car malgré son épaule en vrac, il a réussit à hisser Sasha sur l'une de ses épaules pour la sortir de là. D'un autre côté, quitte à se remettre l'épaule, Caleb n'aurait pas hésité une seule minute si cela était nécessaire. « Non juste de la morphine. Mais t'as pris assez de balle pour faire flancher un IRM, alors bon, arrête de te plaindre ! » Plongeant son regard dans celui de la jeune femme, il ne put s'empêcher de secouer la tête. « Plus jamais ça Sasha. Je comprends ton envie d'aider, mais ce genre de mission nécessite certaines connaissances et si c'est pour repartir dans une house mortuaire, ça n'en vaut pas le coup d'accord ? » Voilà la plus grande peur du sorcier. Pas de mourir, pas même de devoir se battre, non, de perdre ceux qu'il apprécie, les seules personnes dont il se sent proche. Certes, il ne connaît pas Sasha depuis longtemps, mais il n'a pas envie qu'elle disparaisse pour autant. Avec qui pourrait-il commérer dans les soirées sinon ? « Faut vraiment que tu te remettes. Avec qui je vais pouvoir passer ces soirées mondaines débiles sinon hein ? T'imagine ? Je vais me faire aborder par des meufs en manque, je vais devoir carrément y laisser ma chemise ! » Tiens en parlant de chemise. « Euh au fait... m'en veut pas, mais comme ils ne voulaient pas me laisser entrer, j'ai prétendu être ton fiancé ! Donc quand t'en auras marre de moi, tu pourras me jeter comme une vieille chaussette et dire que je faisais pas l'affaire de toute façon ! » Il sourit doucement espérant la dérider un peu. Tout ce qu'il veut, c'est revoir ce sourire doux qu'il a vu lors de cette foutue soirée, bien avant de voir son visage déformé par la douleur quand il l'a récupérer ce soir-là



Voir le profil de l'utilisateur

Sasha Duschene
Sorcière
☾ Faceclaim : Taissa Farmiga
☾ Messages : 123
☾ Date d'inscription : 13/01/2020

Jeu 2 Avr - 23:46
J’aimais pas flotter dans cet espèce de brouillard cotonneux… Épais. Mais qu’est-ce qu’ils m’avaient injecté dans les veines… La douleur n’était plus que lointaine… Mais à cet instant, à part par un effort de concentration, la voix et le visage de Caleb. Ça restait le seul point à peu près clair. Même mon propre corps était flou, quelque part dans un coin loin… C’était peut-être mieux… Je ne me souvenais pas bien de la soirée, juste que maintenant j’avais mal absolument partout. Mais il fallait que je me concentre sur ce que disait Caleb ainsi que sur son visage. Il avait un côté rassurant, comme un grand frère… C’était bien de l’avoir prêt de moi, c’était rassurant oui. Merde, je perdais le cours de mes pensées. Il fallait que je reste concentré pour suivre la conversation. Je souris à sa remarque sur les foules.

« C’est pas cool les foules. C’est chiant… Sa pique la bouffe du buffet. »

Et merde… Je disais n’importe quoi. Je m’excusais quand même de l’avoir mis en danger d’une manière ou d’une autre. J’aurais dû me débrouiller toute seule pour rentrer. Je souris à sa remarque et Samson restait collé à moi avec attention, levant parfois la tête vers Caleb. Je tendis ma main vers ses écailles pour le caresser avec difficulté. Je fronçais légèrement les sourcils en l’écoutant. Former pour résister à la douleur… Un vrai soldat. Je cillais avec difficulté. Me protéger ? Je fronçais encore les sourcils en essayant de trouver quoi répondre. Ce n’était pas sa faute… J’avais fait la conne. C’était pas sa faute. Puis il avait sauvé Alaïs, je crois, c’était le plus important. Je secouais la tête en l’écoutant et en tendant maladroitement la main vers lui. Il se flagellait tout seul. J’eus un ricanement à sa remarque, j’étais défoncée putain ! Je réussis à lui prendre la main.

« Hey… tu sais que c’est pas ta faute… C’est moi… qui ai insisté pour venir. C’était pas ta faute écoute… Puis après ce merdier… faudra attendre un peu de rééducation… Avant de me donner des cours. Et en parlant de Tempête… Je vais pas pouvoir m’occuper de Samson… Tu veux bien me rendre un service Et le prendre avec toi ? Il sera bien avec toi je suis sûre. »

Samson émit un sifflement de colère mais baissa la tête en me léchant la joue. Je grimaçai un peu en grognant contre ce qu’on m’avait injecté. Putain de la morphine. Mentalement je refis toute la liste de ce que je pouvais risquer comme effets secondaire : trouble digestifs, sécheresse de la bouche, que j’avais déjà, démangeaison, somnolence, confusion mentale avec des hallucinations ou des cauchemars, le fun en barre. Des balles ?

« J’m’en suis pris combien ? Je ne m’en souviens pas… »

J’avais trop mal et mes souvenirs étaient… en bouilli. Je soutiens son regard et hochai la tête. Je ricanais à sa remarque.

« J’aurais filé mon corps aux collègues de l’université. Mais promis, plus jamais on laisse plus jamais des Chasseurs prendre des nôtres. Comme ça… plus de soucis. »

Je gloussai avant de me lécher les lèvres. Plus une goutte de salive. Je tordis ma nuque pour tenter de voir s’il y avait de l’eau dans un coin. Je ris à nouveau à sa blague avant de hausser un sourcil à sa remarque. Fiancé ? Je souris et serrais sa main.

« Trop de succès. Mon fiancé… Écoute… J’vais te garder sous le coude… Ça me va très bien comme alibi… Puis ça t’évitera aussi de te faire arracher ta chemise quand tu seras obligé d’aller en soirée sans moi. »

Je toussais un peu avant de me lécher les lèvres.

« La morphine… ça donne soif… Est-ce que tu peux me donner de l’eau… s’il te plaît ? »

Je frottais mon visage avant de soulever la couverture pour regarder les blessures. Ma main. Putain… Je regardais mes blessures sans rien dire pendant une minute avant de reporter mon attention sur Caleb.

« …J’vais douiller à la rééducation… Hey Caleb… t’vas avoir un succès fou… Le chevalier blanc qui vole au secours de sa fiancée. Quand tu vas retourner dans ces soirées… On va t’arracher la chemise. »

J’eus un gloussement totalement défoncé avant de regard Caleb.

« Tu sais que la morphine a comme effet secondaire les hallucinations, les cauchemars, et la confusion mentale. Et je parle pas même des problèmes digestifs à savoir vomissements, constipation et tout le bordel. »

J’eus à nouveau un ricanement avant de regarder Caleb en lui serrant la main avec douceur.

« Ben tu sais quoi ? Je serais jamais une junkie. Je supporte déjà pas la morphine… alors tout le reste… même pas en rêve. »

Je souris tendrement à mon fiancé fictif.
Voir le profil de l'utilisateur

Caleb O'Brien
Sorcier
☾ Faceclaim : Théo James
☾ Messages : 136
☾ Date d'inscription : 08/11/2019

Mar 14 Avr - 21:17
Reviens-nous vite !

feat Caleb O'Brien & Sasha Duschene

« Carrément que ça pique la bouffe du buffet et ça prend toujours les meilleurs trucs à chaque fois. Une vraie plaie ! » Un léger sourire étire les lèvres du sorcier. Penser à ces fichus soirées lui permet de ne surtout pas à la perte qu'ils auraient pu tous subir. Ne pas penser aux images qui le hante depuis qu'il a sortit la jeune femme de là-bas. Ne pas penser à tout ce que cela aurait pu impliquer. Le brun possède assez d'énergie curative en lui pour savoir qu'il n'aurait pas pu lui sauver la vie si cela était nécessaire, pour la première fois depuis des années, il regrette son don primaire, il regrette d'être télépathe. Comme peut-il en arriver à cette conclusion alors que ses animaux sont toutes sa vie ? Probablement à cause de cette petite chose coincé sur son lit d'hôpital, chouté à la morphine et qui lui a fait la peur de sa vie. Perdre des gens, c'est le pire cauchemar du télépathe. Il se souvient encore de la première perte, des mains attachés dans le dos, de la dague s'enfonçant la chaire de sa gorge et l'homme, attaché par des chaînes, les épaules désarticulés et qui n'a plus assez de voix pour crier de douleur. Il se souvient encore des yeux rieurs de Rémi, du sarcasme de la famille face aux supplications de Caleb. Il se souvient encore de la douceur des yeux d'Anton alors qu'il se savait sur le point de mourir. Il se souvient encore de la culpabilité, des larmes de rage et d'impuissance, de la haine qui s'est décuplé dans son cœur, emprisonnant son âme. Il se souvient de la couche de glace qui a commencé à entouré son âme pour que plus jamais personne ne puisse s'y frayer un chemin. Et il se souvient du moment exacte où ils l'ont égorgé, une leçon... Une leçon qui a coûter extrêmement cher au jeune homme qu'il était à l'époque.

Aujourd'hui, le détective ne veut plus se lier, pourtant, il a rencontré Sasha à cette soirée. Il a fuit avec elle, il a discuter avec elle et au final, il s'est lié d'amitié avec elle. Elle est devenue la petite sœur qu'il a toujours voulu, tout comme Alaïs, une famille étrange, profonde, sans lien du sang mais qu'il compte bien protéger au péril de sa vie. Pourtant... ça ne l'a pas empêcher d'échouer hier soir. À croire que son destin est de perdre tout ce qui lui est cher pour le laisser seul. Peut-être est-ce ce qui l'attend au bout du tunnel. Peut-être est-ce ainsi que cela doit être. Il se rappelle encore les paroles du fantôme d'Anton. Il arrive... bon dieu, dire que l'Irlandais avait espéré que tout ça finisse derrière lui... au final, rien n'est terminé, tout ne fait que commencer à nouveau. Un soupir lui échappe alors que son regard va vers Sasha. « Bien sur que si c'est ma faute. Je sais parfaitement que tu n'as aucune connaissance de combat. Personne n'aurait dû te laisser aller là-bas. Ce sont des chasseurs après tout. On a foncé tête baissé sans penser aux conséquences, on aurait dû y faire attention et pourtant... » Il ne peux pas s'empêcher de s'en vouloir, ce n'est pas possible. Seul les guerriers auraient dû rentrer dans cette base militaire, pourtant, combien sont-ils exactement ? Est-ce que ça aurait suffit ? Caleb ne veut pas y penser, mais il n'aurait pas pu accepter de perdre Sasha. Pas comme ça, pas maintenant. « Cinq Sasha. Tu en as pris cinq. » Un peu trop au goût du détective. Clairement trop. Quoi qu'il en soit, il doit bien admettre qu'elle a eu une chance de tous les diables. « Bien sûr, comme si on pouvait faire ce genre de chose. Tout part en vrille. On devrait se concentré sur cette putain d'Apocalypse et au lieu de ça on se fait la guerre pour des broutilles ! »

Le brun marmonne dans ses dents. Il déteste cette situation d'attente, cette situation avec laquelle il ne sait pas jongler. C'est une véritable galère. « Ysbryd ! Parle pas de chose comme ça sérieux ! Se faire arracher la chemise dans les soirées. La première qui essai, je lui colle une clé de bras dont elle se souviendra et comme ça, elles seront toutes à quoi s'attendre ! » Se retrouver la coqueluche d'une soirée ? Putain l'enfer ! Il se lève tranquillement pour remplir le verre d'une eau clair mais qui sent le désinfectant. C'est fou comme l'hôpital possède une odeur réellement dégueulasse. « Tiens. Et bois doucement. » Il la regarde faire doucement, restant proche au cas où il faille récupérer le verre. Sa phrase suivante le fait sourire une nouvelle fois. « C'est certains que tu vas douiller et tu l'as déjà dit ça. » Il secoue la tête. « Je t'ai déjà dis que la première qui tente de m'arracher ma chemise, je lui arrache un bras ! T'inquiète pas, je suis doué pour passer inaperçu en soirée de toute façon. Les entraînements ont été durement payés, mais ils ont au moins servis. » Chèrement même payés ces entraînements. Un autre soupir s'échappe des lèvres du sorcier alors qu'il entend Sasha glousser. Et bien la morphine ne l'aide pas dit donc. « Ouais, je vois bien que tu as du mal à parler. Ça n'a pas l'air d'être joli à voir. » Lui même doit prendre ces foutus anti-douleur et il doit bien admettre que non content d'avoir un goût dégueulasse, il sent bien ses réflexes s'émousser chaque fois qu'il prend un de ces trucs, comme s'il était anesthésié, alors se retrouve avec de la morphine dans le corps. Un rire doux lui échappe alors que sa main valide se pose doucement sur la tête de la malade.

« Parce qu'en plus t'as l'impression que je te laisserais te droguer ? Bah bordel, t'as peur de rien toi ! » Il secoue doucement la tête et reprend tout aussi sérieux. « Si je te vois ne serait-ce qu'une seule fois prendre de la drogue, je t'en colle une tellement fort que tu feras trois fois le tour de ton string sans jamais toucher la ficelle ! » Il l'a entendu quelque par celle-là une fois, c'est le moment de la ressortir. « Tu sais que de toute façon je ne te laisserais jamais sombrer, ce n'est pas possible. Regarde, même dans ce foutu chaos, je suis venu te chercher. J'abandonne jamais personne derrière moi. Et puis franchement, avec qui je pourrais commérer si tu étais dans les brumes d'une drogue quelconque hein ? » Il la regarde sourire, cette petite sœur qu'il n'a pas voulu mais qu'il a quand même. Cette petite sœur qu'il est fier de pouvoir appeler ainsi. Un autre sourire se pose sur ses lèvres. « Tu sais, tu peux te rendormir. Je veille sur toi. Personne ne passera cette porte sans subir ma colère et crois-moi, elle est plutôt immense en ce moment pour arrêter un trente-deux tonnes en pleine course. » Il lui caresse doucement les cheveux espérant qu'elle va se rendormir un peu. Elle a besoin de ce sommeil, c'est important pour que la magie des Thaumaturge agisse, pour que les plaies se referment pour que tout aille un peu mieux. Même quelques heures. Il prendra soin d'elle comme la prunelle de ses yeux.



Voir le profil de l'utilisateur

Sasha Duschene
Sorcière
☾ Faceclaim : Taissa Farmiga
☾ Messages : 123
☾ Date d'inscription : 13/01/2020

Mar 14 Avr - 23:58
« Grave et les braves gens comme nous on a plus rien. »

J’eus un rire, les soirées et nous deux c’était vraiment pas une bonne idée de mettre ça ensemble. Les foules ne servaient… Vraiment à rien à part ramener des potins et permettre quelques rencontres fortes agréables. Et je préférais parler de ça qu’entendre mon ami… Non mon frère à se flageller de ma propre connerie. Tout comme je n’aimais pas voir cet éclat de tristesse dans ses yeux. Il me faisait de la peine à être ainsi. Je le préférais si souriant, j’aimais et préférais presque qu’il me gronde qu’il soit triste. Je lui caressai avec tendresse la joue. Je soupirais à sa remarque.

« Et c’est toujours pas ta putain de faute… J’avais qu’à réfléchir avant… Puis ça va… je suis vivante. »

Bon, pas en un seul morceau, enfin si, mais légèrement morcelé. Mais j’étais vivante quand même après tout ! Il ne fallait pas tant s’inquiéter… J’avais pas si mal que ça… J’étais plus seule… Je souris à Caleb sans rien dire de plus, avant de froncer les sourcils. Cinq ? Le trou de mon épaule me semblait pourtant bien plus gros… mais soit, cinq, je souris doucement en l’écoutant avant de rire.

« Yes ! Nouveau record ! »

Il fallait bien en rire un peu… Je l’écoutais en hochant la tête. Apocalypse… Il fallait bien se concentrer là-dessus… Mais les gens étaient trop cons pour ça. C’était pas le bon programme tout ça. Je hochais doucement la tête en l’écoutant en serrant tout doucement sa main pour le rassurer d’une manière ou d’une autre. Je ne savais pas quoi dire, alors j’essayai de le faire rire, et je ris à sa remarque avant de hocher tout doucement la tête :

« J’aime ça, j’aime cette idée ! Et j’approuve totalement. »

Il fallait bien le laisser se défouler : du moment que c’était pas sur ma tronche, tout allait bien. Je me léchai les lèvres en lui demandant gentiment de l’eau. J’attrapais le verre d’eau avant de boire avec difficulté. J’en renversai en partie sur moi. Pas grave, ça rafraîchissait… Je lui rendis.

« Merci. »

Et visiblement, je commençais à me répéter. Génial… je déraillais doucement. Bon ce n’était pas grave, il était doux comme homme. Je ne le voyais pas comme un copain ou quoi, mais bien comme un grand-frère. C’était bien les grands-frères… Ça protégeait, mais je n’aimais pas qu’il soit blessé par ma faute ou que quelqu’un lui fasse du mal. Je souris à sa remarque.

« T’inquiète… Je te protégerais de ces furies… ou du reste… Je te protégerais de tout et n’importe quand j’irais mieux. Promis, parole de scout. »

J’eus un ricanement, j’avais l’impression d’être arraché… mais complètement. Je remarquais tout haut ce que je ressentais avec la morphine et je détestais ça. Alors je parlais et partais un peu dans certains délires… Ça n’allait pas du tout. J’eus un sourire à sa remarque et secouais la tête.

« Non… T’es mon blanc chevalier… »

Je me mis presque à rire nerveusement à en tousser, j’adorais ses expressions. Vraiment. Si Caleb n’existait pas il fallait l’inventer. C’était tellement un sucre d’orge, un amour cet homme. Le premier qui lui faisait du mal… je le mangeais tout cru.

« Tu sais que t’es une crème Caleb… T’inquiète pas… je te protégerais aussi… de tout mon cœur. Puis c’est vraiment pas ce que t’as à craindre de moi au niveau des drogues ou quoi. J’aime pas ça ne pas avoir le contrôle… C’est trop important pour moi… »

J’observais tranquillement Caleb avant de que mon regard ne dérive dans ma chambre. Je souris à nouveau à sa remarque et serrais doucement sa main sans rien dire. Il veillait sur moi, un vrai fiancé, même si c’était fictif. Je baillais longuement en gardant sa main dans la mienne.

« Je veux aussi que tu te reposes aussi… Faut que tu dormes et que tu manges… S’il te plaît. Samson… tu veilles sur lui ? »

Je commençai à nouveau à partir. Je sentis mon Samson se lever doucement du lit. Il me donna un petit coup de tête tout doux avant que je ne le sente grimper sur mon bras tout doucement, le bras valide, et alors que je m’endormais je le vis, mon familier, s’installer sur les genoux de Caleb en enroulant sa queue autour de sa cuisse. Je m’enfonçais doucement dans l’obscurité et dans un sommeil plus qu’agité avec des cauchemars de la soirée et en plus avec la morphine… c’était pas joli du tout. Je me réveillais brusquement et tentai de me redresser avant d’arrêter pour retomber sur les coussins avec un gémissement de douleur.
Voir le profil de l'utilisateur

Caleb O'Brien
Sorcier
☾ Faceclaim : Théo James
☾ Messages : 136
☾ Date d'inscription : 08/11/2019

Jeu 30 Avr - 11:23
Reviens-nous vite !

feat Caleb O'Brien & Sasha Duschene

Le regard du brun est doux, calme, amusé quelque peu aussi. Le problème, c'est qu'il ne sait pas réellement comment réagir face à ces visions qui ne cessent de le tourmenter encore et encore. C'est comme si chaque fois que son regard se posait sur la jeune femme, l'imagine de cette soirée infernale se superposait. Le sorcier n'a jamais crains le sang, après tout, on l'a entraîné jeune pour qu'il ne soit jamais gêné, ou alors mal à l'aise avec la mort, le sang, la torture et toutes ces petites choses que personne ne fait à moins d'avoir péter quelques neurones au compteur. Mais Caleb n'est pas normal. Sa famille était l'une de celle, activiste qui ne cessait de prôner une suprématie dont le jeune homme se serait bien passé. Un léger soupir s'échappe de ses lèvres. « Vivante... ça reste encore à déterminé. » Après tout, vu son état, elle pourrait tout aussi bien être mort et lui pourrait parler avec un fantôme... En parlant de fantôme, le télépathe n'en revient toujours pas d'avoir croiser Anton. Les souvenirs qu'il avait avec tant de mal refoulé lui sont revenus en pleine poire. Bonjour l'ambiance. Il pourrait tout aussi bien pousser un autre soupir que cela ne changerait pas grand chose. Son esprit, son corps, toute cette tension ne fait que s'accumuler, encore et encore, comme si quelque chose de pire se préparer. Pire que ça ? Le détective ne veut même pas savoir, il n'en a clairement pas envie. Pourtant, il n'a pas réellement le choix, les choses se passeront, avec ou sans lui. C'est ainsi qu'est le monde de toute façon. S'il pouvait par contre s'éviter une visite de Rémi, ce ne serait pas du luxe. Revoir son frère n'est pas au programme et l'Irlandais n'a clairement pas l'intention de l'accueillir à bras ouvert.

Laissant de côté cette penser, il continue de discuter avec Sasha et sa remarque suivante lui arrive une grimace qu'il ne peut cacher. « Et tu trouves ça drôle en plus ? T'as envie que je te casse un truc voir si c'est toujours aussi marrant ? » Il secoue la tête, comme désabusé. Peut-être l'est-il un peu, peut-être pas. Il commence alors à parler de ce qui le préoccupe réellement. Caleb en a marre de cette guéguerre incessante entre chasseur et sorcier. Si les chasseurs veulent réellement sauver le monde, les sorciers ne sont pas le plus gros problème, mais alors pourquoi personne ne le voit rien ? Pourquoi tout le monde se colle des œillères comme si tout était normal ? Est-ce que personne ne voit que le monde part en vrille ? Le brun est étonné que personne ne fasse de remarque là-dessus. Mais peut-être qu'encore une fois, c'est son esprit militaire qui cherche une échappatoire à quelque chose d'autres. Secouant la tête, il reprend la conversation alors qu'elle parle de se faire arracher la chemise. La réaction du sorcier est direct, personne, jamais ne lui arrachera ses fringues. Surtout alors que son frère est de nouveau en ville. Si c'est pour faire tuer un innocent, cela ne vaut vraiment pas le coup. Il le sait, il l'a toujours su et il ne laissera plus personne souffrir à cause de ses sentiments. Mais être le centre d'attention d'une marée humaine en chaleur ? Encore moins bordel. « C'est sur qu'avec toi, j'ai plus rien à craindre ! » Il sourit doucement. C'est à lui de la protéger, pas à elle. Et puis vient la pensée sur la drogue, il ne peut s'empêcher de réagir au quart de tour. « Chevalier blanc mon cul ouais. » Un murmure qu'il espère passera inaperçu.

Le chevalier blanc a plus de sang sur les mains qu'il ne veut bien le montrer. Il a passer malheureusement bien trop de temps avec une famille psychotique pour ne pas se rendre compte qu'il est entaché. Le télépathe a beau avoir changer de nom, avoir changé de ville, l'odeur de la famille lui colle encore à la peau. Comme quelque chose dont il ne pourrait se débarrasser. Ça le ronge de l'intérieur, comme l'une de ces maladies au nom désastreux dont on ne connaît ni la provenance, ni les dégâts. Quand est-ce que cela changera ? Quand est-ce qu'il aurait l'impression d'avoir redorer son blason ? Probablement jamais. La mort d'Anton a changé beaucoup de chose en lui, trop de chose. « Ouais je sais. Je réagis de manière excessive. J'y peux rien je suis comme ça. » Perdre les gens, ce n'est pas quelque chose qu'il sait faire. Il a beau être un guerrier, pouvoir mettre à terre n'importe qui avec de la force, de l'entraînement ou autre. Il ne peut tout simplement pas tuer sur commande, ou alors regardé quelqu'un dépérir sans rien faire. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Cette maxime de son oncle lui revient sans cesse en mémoire. De la vie, de l'espoir. En ont-ils réellement aujourd'hui ? Est-ce que les choses ne dégénèrent pas de trop ? « Je vais veiller sur Sanson ne t'en fais pas. Et promis, je vais dormir et manger. » Ou au moins essayer. Manger, il n'est pas prêt de le faire, son estomac n'arrête pas d'être noué, comme si quelque chose allait survenir sans que personne ne puisse l'en empêcher. Pressentiment à la con. Récupérant Tic et Tac d'une main pour les remettre dans son sac où les furets finiraient par s'endormir, le jeune homme pose doucement un doigt sur la tête du caméléon. « Les choses changent, trop rapidement. Qu'arrivera-t-il demain ? » Qui sera blessé ? Il n'en sait rien. Repliant son bras pour protéger son épaule, il s'installe dans le fauteuil et commence à fermer les yeux. Somnolant, mais toujours attentif, l'esprit du brun s'agite derrière ses paupières. Tout ça fini probablement par le tuer un jour.



Voir le profil de l'utilisateur

Sasha Duschene
Sorcière
☾ Faceclaim : Taissa Farmiga
☾ Messages : 123
☾ Date d'inscription : 13/01/2020

Jeu 30 Avr - 13:42
Je tournai la tête pour voir Caleb dormir dans un coin, j’eus un sourire très doux en le regardant. Avant de froncer les sourcils… Un fantôme était près de lui. Un fantôme ? C’était un homme… il avait l’air jeune… Il remarqua mon regard et s’approcha de moi, engourdie par les médicaments, je n’avais pas mes protections. Il s’avança doucement vers moi et je cillais. Je l’écoutais parler, il avait une voix très douce, je hochais la tête, oui, c’était un ami cher pour moi Caleb, oui je voulais le protéger. Je l’observais sans comprendre. Qui était-il ? Je ne savais pas… Il tendit la main et prit la mienne en douceur.

J’eus une succession d’images, de souvenirs, de sensations. Je vis le regard de Caleb, j’entendis ses suppliques, le rire de… je ne sais pas qui. Je vis la lame scintiller, je sentis son fils contre ma gorge. Je poussai un hurlement de terreur en me débattant, la terreur que j’avais ressentie annulait la douleur. Je me débattais incapable de savoir où j’étais. Mon regard tournait follement. Je cherchais le fantôme. J’entendis sa voix. « Veille-sur lui. ». Anton. Je ne savais plus quoi faire. Je tremblai de tout mon corps en cherchant Caleb.

«  Caleb ! Caleb ! »

Je tremblai, et je sentais le sang, je devais avoir rouvert mes blessures, mais je voulais Caleb, Je tentais d’aller vers lui, Samson s’était précipité vers moi et avait pris une forme d’un bracelet de cheville. Histoire d’être tranquille. J’entendis la porte s’ouvrir et je repoussais tout le monde, tout ce que je voulais… c’était Caleb, je pleurais en me débattant. Je sentais les fantômes venir. Anton était toujours là, toujours près de Caleb. Tu m’étonnes qu’il ne voulût plus le lâcher ! Il veillait sur lui. Mais moi je tremblai, pleurais… Je ne savais plus quoi faire.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Reviens-nous vite ! (Pv Sasha)
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser