AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Le Deal du moment : -37%
UGREEN Batterie Externe 20000mAH Charge Rapide (USB C ...
Voir le deal
18.99 €

Garde malade - ft. Sasha
Book of Beasts :: Rives du Mississippi :: Arts & Warehouse :: Logements

Petronilla O'Grady
Sorcière
☾ Visage : Garde malade - ft. Sasha Tumblr_pg4yx9Mwbx1tbdvauo1_500
☾ Faceclaim : Emma bitchyqueen Roberts
☾ Messages : 442
☾ Date d'inscription : 22/01/2019

Lun 23 Mar - 21:56


|
Garde malade ;
Sasha & Petronilla


— 16 novembre 2018. Nouvelle-Orléans. Arts & Warehouse. Appartement de Petronilla O’Grady.

Des sources de fer. Il lui fallait des sources de fer. Et des aliments riches en vitamines. C’est qu’il fallait la remettre sur pieds la petite Sasha. Après s’être fait trouer la peau par des chasseurs. La pauvre enfant. Si jeune et pourtant si brave. Elle n’avait pas hésité à se rendre dans l’antre des chasseurs. Elle avait combattu en première ligne. En soins intensifs. Dix jours d’hospitalisation. Les guérisseurs, humains comme sorciers, lui avaient conseillé le plus grand repos. Et des anti-douleurs.

Habituellement Sasha vivait seule mais dans son état ce n’est pas conseillé. Et le QG de la Main Rosée, prêt à l’accueillir, allait être bondé en cette période de crise. Pas conseillé non plus. Non il lui fallait un endroit calme où elle ne serait pas seule et où elle se sentirait en sécurité. Et bizarrement cet endroit c’est son appartement. Déjà qu’elle avait accueilli Seb, maintenant Sasha. Elle allait ouvrir un hôtel, ce serait plus simple… Ils sont donc cinq maintenant. Ça commence à faire beaucoup. Mais elle ne peut pas laisser Sasha seule. Elle ne se rappelle même plus comment la chose s’est faite, comment dans la discussion elles en étaient venues à décider que la jeune fille viendrait vivre avec eux. Aucune importance. Elle doit veiller sur elle. Solidarité entre sorciers.

Petronilla franchit le seuil de son appartement, les bras chargés de provisions. Elle se dépêche de poser le tout dans la cuisine et soupire de soulagement quand elle y parvient. C’est quand même plus facile de se faire livrer des repas. Enfin… Le rangement attendra, elle va voir Sasha qui a élu domicile dans le salon. Premier sujet de discorde. Quelle idée de vouloir le salon ? La pièce où il y a le plus de va et vient de la part des quatre autres colocataires. Non mais franchement. Mais impossible de lui faire entendre raison à cette tête de mule. Bon elle a eu le salon et les autres prennent toutes les précautions pour y passer le moins possible. Mais là… elle fait quoi la gosse, à s’agiter avec ses manuels, ses cahiers, ses stylos étalés partout sur le canapé ?

« Tu peux m’expliquer ce que tu fais ? » demande-t-elle un peu agacée mais encore très douce dans sa voix. « Les médecins t’ont dit de te reposer. C’est pas des paroles en l’air. Allonge-toi, lis si tu veux mais arrêter de te remuer comme ça. Tu vas rouvrir tes blessures. »

Comme une mère dans une sitcom elle lève les yeux au ciel et s’éclipse dans la cuisine pour ranger les courses. Oui définitivement, elle préfère se faire livrer. C’est moins long à ranger. Et c’est meilleur que tout ce qu’elle pourra jamais cuisiner. Dans les placards elle trouve un flacon de gélules.

« Mais qu’est-ce que ça fiche ici ça ? » marmonne-t-elle.

Elle revient dans le salon en agitant le flacon.

« Sasha pourquoi je retrouve tes anti-douleurs dans un placard de la cuisine ? Ho et puis arrête de t’agiter ! Tu devrais être en train de dormir vu ton état. »

(c) SIAL ; gif ohscreamqueens



and when they dare to tell you about all the things you cannot be, you smile and tell them : "I am both war and woman and you cannot stop me"


Dernière édition par Petronilla O'Grady le Lun 30 Mar - 19:46, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Sasha Duschene
Sorcière
☾ Faceclaim : Taissa Farmiga
☾ Messages : 123
☾ Date d'inscription : 13/01/2020

Mar 24 Mar - 8:07
Le truc cool de la semaine : c’était qu’on m’avait sorti de l’hôpital. Je ne supportais plus du tout d’y être. Et j’y avais passé que dix jours. Et j’avais finis dans la coloc avec Alaïs, au moins je pouvais la surveiller qu’elle guérisse bien et qu’elle ne fasse pas de bêtise, Seb, bon fallait bien un point noir non ? Et Petronilla. Ma professeure. Et surtout j’avais retrouvé mon Samson qui m’était sauté dans les bras. J’avais réussi à ce qu’on récupère mes cours. J’avais les partiels après les vacances, je pouvais absolument pas les louper. J’avais profité d’être un peu seule pour sortir maladroitement mes cours et m’installer sur le canapé. Je me tortillais en permanence avec Samson sur mes jambes pour avoir une belle vue sur mes cours. Je gardais mon bras droit replié soigneusement contre moi alors que j’étais assise sur mon lit un capuchon de stylo coincé entre les dents. Je relevai la tête en entendant la porte s’ouvrir. Pétronilla. Je lui souris et levais ma main saine. Et je me fis tout de suite gronder, mais euh ! Je faisais ça pour avoir mon diplôme !

« Bonjour Petronilla. J’étais en train de réviser… OK… »

Je remuai le nez et Samson se déplaça de mon épaule sur le dossier du canapé alors que j’attrapais une pile de copie double et que je me tortillai, en ignorant les douleurs que je me provoquais, pour m’asseoir contre les coussins de mon lit puisque j’avais refusé de prendre une chambre. Absolument hors de question. Je replongeai le nez dans mes cours sagement, ou presque puisque je lutais toujours pour m’asseoir tout en essayant de la jambe gauche de tirer un livre vers moi, avant de relever la tête en entendant mon ancienne prof revenir. Je levai les yeux vers elle. AH ! Les Anti-douleurs. Je regardais Samson qui fit sa mine innocente. Je fronçais les sourcils avant de m’adresser mentalement à lui :

« C’est ÇA que tu appelles planqué pour qu’on m’oblige pas à les prendre ?! »

Il tenta une mine innocente, mais fuit rapidement sur l’épaule de Petronilla en me soufflant. Je grondai contre mon familier. Pour une fois d’ailleurs que Luna ne se vautrait pas sur moi. Je jouais la carte du « Le savais-tu ? »

« J’aime pas prendre des anti-douleurs. C’est très addictif, surtout quand ils sont aussi puissants que ceux-là… Et j’ai pas mal, enfin, c’est tolérable, je vais pas me shooter pour rien ! »

C’était faux j’avais terriblement mal, mais ça elle n’était pas à ma place. Je me redressai un peu, tirant légèrement sur mon épaule Aie, avant de poursuivre.

« Je révise mes cours ! J’ai mes partiels après les vacances, je peux pas vraiment les louper ! Fin c’est important quand même… Puis je me repose, je suis sur le canapé, au calme.»

J’observai les cahiers étalés sur tout le canapé avant d’essayer de lui faire une mine d’ange. J’observais Samson toujours perché sur l’épaule de Petro et je tapotai mon épaule pour le faire revenir. Il descendit avec souplesse pour revenir vers moi et s’installer à sa place et enrouler sa queue autour de ma gorge. Gentil Samson.
Voir le profil de l'utilisateur

Petronilla O'Grady
Sorcière
☾ Visage : Garde malade - ft. Sasha Tumblr_pg4yx9Mwbx1tbdvauo1_500
☾ Faceclaim : Emma bitchyqueen Roberts
☾ Messages : 442
☾ Date d'inscription : 22/01/2019

Sam 28 Mar - 19:45


|
Garde malade ;
Sasha & Petronilla


— 16 novembre 2018. Nouvelle-Orléans. Arts & Warehouse. Appartement de Petronilla O’Grady.

Sasha échange un regard avec son familier. Ils font sûrement plus qu’échanger un regard car le reptile où une drôle d’expression avant de venir se réfugier sur l’épaule de Petronilla. La sirène lui caresse la tête. Elle ignore ce que la jeune sorcière et son familier on put se dire. Soit ils ne sont pas d’accord sur la prise d’anti-douleurs, soit Samson a déçu Sasha. Elle n’aime pas les prendre ?! Mais on ne lui demande pas son avis ! Puis l’excuse de « je ne veux pas être addict » c’est du grand n’importe quoi. Plein de choses peuvent être addictives et on en prend quand même. Des exemples ? Okay. L’alcool, la cigarette pour certains, des substances illicites, le sucre même ! Non elle veut bien croire que Sasha a la peau dure mais elle souffrait forcément, et la douleur des balles retirées de son corps et des plaies profondes cicatrisant ne peut pas être supportable. Mensonge.

« Tu mens… ça fait un mal de chien. Y a aucune honte à l’avouer. C’est normal d’avoir mal après ce que tu as subi. Et ce n’est pas grave de prendre des médicaments qui t’aident à supporter la douleur. Le risque d’addiction n’est pas si élevé que tu peux le croire si tu respectes les doses. Et puis je suis là, si tu as peur d’en vouloir plus, je peux les garder en sécurité. Mais tu dois les prendre. Et si tu es shootée, comme tu dis, tant mieux parce que tout ce que tu dois faire c’est te reposer. »

Les cours. Les partiels. Mais elle n’était pas au courant ? Non si elle ne lui disait pas, elle ne pouvait pas deviner. Petronilla s’assoit à côté de Sasha tandis que Samson descend pour rejoindre sa sorcière, lové autour de son cou.

« Sasha tu ne passes pas tes partiels. En tout cas pas maintenant. Je me suis arrangée avec tes professeurs, tu vas bénéficier d’un régime dérogatoire. Officiellement tu as eu un grave accident et tu es incapable de te présenter aux examens. Il n’y a pas d’urgence, tu les passeras en même temps que la session de rattrapage. »

Les membres du Cœur Pourfendu utilisaient leurs dons pour influencer le mental des humains et faciliter la vie des sorciers. Comment croyez-vous qu’elle ai eu ce superbe appartement dans le quartier branché de la ville ? Oui elle est égérie d’une maison de couture mais c’est surtout parce qu’elle a manipulé l’agence immobilière et ses banquiers. Son père est exempté d’impôts parce qu’il a retourné le cerveau des collectivités territoriales. Ils le faisaient pour eux mais aussi pour tous les membres de leur coven. Entre sorciers, il faut se soutenir.

« Il faut que tu te reposes. Pour que tu guérisses vite et bien. Parce que je ne sais pas ce qui nous attend. Les chasseurs sont nos ennemis, ils s’en sont pris à nous et ils recommenceront dès qu’ils en auront l’occasion. J’ai besoin que tu sois forte pour les affronter de nouveau. Et ce ne sera pas possible, si tu rouvres tes plaies au moindre mouvement. Alors tu fais ce que les médecins ont dit. C’est ça ou je te jette un sort de Belle au bois dormant ! »

La dernière phrase a pour but de la faire rire. Mais le reste de son discours est très sérieux et cela se voit à son air grave.

(c) SIAL ; icon kawaiinekoj



and when they dare to tell you about all the things you cannot be, you smile and tell them : "I am both war and woman and you cannot stop me"


Dernière édition par Petronilla O'Grady le Lun 30 Mar - 19:47, édité 2 fois
Voir le profil de l'utilisateur

Sasha Duschene
Sorcière
☾ Faceclaim : Taissa Farmiga
☾ Messages : 123
☾ Date d'inscription : 13/01/2020

Sam 28 Mar - 21:23
Je mordis mes joues en détournant le regard. Oui j’avais mal, horriblement, mais de là à l’avouer… Il y avait absolument un gouffre. Je ne pouvais pas l’avouer. C’était absolument hors de question. La fierté mal placée… Sebastyan pourrait en témoigner. Je tentais le mouvement pour croiser les bras, mais je m’arrêtais immédiatement face à la douleur qui déferla dans mon bras. Sasha, t’es une crétine ! Je ne dis rien et détournai à nouveau le regard soigneusement. Puis c’était moi quand même qui était en médecine ! Pas Pétro. Je soupirais longuement à sa remarque. J’allais pas pouvoir y couper, je le savais très bien. Elle n’allait rien lâcher jusqu’à ce que moi je cède. Je remuai le nez.

« Si tu veux… C’est… une solution… qui pourrait me convenir, que tu gardes… les médicaments. Et si, j’ai pas si mal que ça. »

Autant dire, que dire cela c’était comme me peler la langue à vif avec des pinces incandescentes. Ah oui, mais avouer que j’acceptais de prendre des médicaments, c’était déjà bien, j’allais pas avouer non plus que j’avais mal. Et puis quoi encore. Je n’avais pas mal du tout ! Nan ! C’était pas vrai. Même quand Samson s’installa sur mon épaule valide, il évita soigneusement mon épaule blessée et enroula sa queue autour de ma gorge. En tout cas j’étais prête à me replonger tranquillement dans mes partiels quand Pétronilla s’installa près de moi. Je levais les yeux vers elle avant d’avoir l’impression de me prendre un coup de poing dans l’estomac. Je sentis aussitôt les larmes me monter aux yeux. Je ne pleurais pas facilement : vraiment pas, mais je m’accrochai de tout mon cœur à mes partiels c’était tellement important pour moi. Je voulais être traité comme les autres. Je sentis les larmes me couler sur les joues, mais… mais… mes partiels… C’était tellement important… C’était me reposer mes partiels ! J’aimais mes études, c’était tellement important pour moi.

« Mais… Mais t’avais pas le droit ! Je voulais les passer ! C’était important pour moi ! Je voulais les passer, je voulais pas de passe-droit pour ces… quelques trucs. Je voulais passer avec tout le monde. Je me reposai en travaillant… »

J’eus un sanglot et je fermais les yeux en secouant la tête. Samson se glissa autour de moi et caressa doucement mon visage.

« J’avais besoin de passer ces partiels ! C’est pas juste pour les autres… Et puis… Qu’est-ce que je vais faire… Et puis… et puis… Je voulais les passer mes partiels ! Qu’est-ce que je vais faire pour m’occuper moi ?! »

Je pleurais comme une enfant. Je m’accrochai à mes partiels, à mes études, parce que ça m’aidait à tenir ça occupait mes journées, tout ça. Et j’avais même plus ça pour moi ?! C’était pas juste… Je sursautais quand Samson frôla ma main. J’essuyais mes joues, mais mes nerfs craquaient maintenant alors que j’avais tenu tout le long à l’hôpital tout ça. Et maintenant je craquais parce que je n’avais pas le droit de passer mes partiels. Je pleurais comme une petite fille.
Voir le profil de l'utilisateur

Petronilla O'Grady
Sorcière
☾ Visage : Garde malade - ft. Sasha Tumblr_pg4yx9Mwbx1tbdvauo1_500
☾ Faceclaim : Emma bitchyqueen Roberts
☾ Messages : 442
☾ Date d'inscription : 22/01/2019

Lun 30 Mar - 20:26


|
Garde malade ;
Sasha & Petronilla


— 16 novembre 2018. Nouvelle-Orléans. Arts & Warehouse. Appartement de Petronilla O’Grady.

Elle … pleure ?! Heu… ok elle ne l’a pas vu venir ce coup-là. Elle pensait que Sasha serait peut-être un peu contrariée mais de là à fondre en larmes… C’est vrai que les études c’est important pour elle. Petronilla n’a pas fait d’études humaines mais elle peut comprendre. Franchement elle pensait qu’elle serait soulagée. C’est pas comme si elle les passait pas du tout, elle va juste les passer plus tard. Elle prendra aucun retard.

« Mais enfin Sasha, regarde toi, vraiment ! Tu n’es absolument pas capable de passer des examens. Il ne suffit pas de le vouloir pour pouvoir. Tu tiens à peine debout, tu te vois vraiment sur une chaise pendant quatre heures ? Impossible ! »

Non mais faut être honnête. C’est bien beau d’avoir envie de faire comme tout le monde mais y a des moments où faut accepter que c’est pas possible.

« Je ne te parles pas que ton état physique, je te parle de ton mental aussi. Tu manques de sommeil, tu es épuisée et tu n’arrives pas à réfléchir. Et si tu étais allée à tes partiels à la date convenue, tu te serais plantée, alors que tu es une bonne élève. C’est vraiment ce que tu veux ? Te traîner à tout prix à des exams en sachant que tu n’en es pas capable ? Moi ce n’est pas ce que je veux. Je ne suis pas ton professeur à l’université mais je le suis au Pensionnat, tu es mon élève et je veux le mieux pour toi. Et le mieux pour toi c’est de passer ces partiels plus tard. Quand tu seras vraiment en état de les passer. Ce n’est pas un passe-droit et il n’y a pas d’injustice. »

Elle sait qu’elle a raison. Mais est-ce que Sasha le comprend ? C’est vrai qu’elle lui a imposé ça sans lui demander son avis, sans lui en parler avant. Voir Sasha pleine de sang, entre la vie et la mort c’était un véritable choc. La petite était dans le déni le plus profond, elle affirmait qu’elle allait bien, qu’elle pouvait marcher. Petronilla pensait qu’elle délirait à cause de la douleur mais visiblement elle continue à ne pas comprendre la gravité de son état. Elle se persuade qu’elle n’a pas mal, qu’elle est en pleine possession de ses moyens. Trois jours après son hospitalisation elle a voulu marcher cette idiote et elle est tombée.

« Je sais que les études comptent pour toi, c’est génial d’avoir un but comme ça. Fais-moi confiance d’accord ? »

Si elle savait ce qu’elle s’apprête à lui faire. Mais elle la connaît miss Sasha tête de mule. Alors la sirène plonge son regard dans le sien et utilise son don de suggestion pour lui faire prendre ses fichus anti-douleurs. Elle va dormir et ça lui fera le plus grand bien.

« On poursuivra cette discussion plus tard. »



(c) SIAL ; icon kawaiinekoj



and when they dare to tell you about all the things you cannot be, you smile and tell them : "I am both war and woman and you cannot stop me"
Voir le profil de l'utilisateur

Sasha Duschene
Sorcière
☾ Faceclaim : Taissa Farmiga
☾ Messages : 123
☾ Date d'inscription : 13/01/2020

Lun 30 Mar - 22:11
J’ai beau écouter les arguments censé, fumeux ouais !, de Pétronilla, je ne voyais que le côté absolument injuste de la situation. Je voulais passer ses examens, j’en étais capable ! Aussi bien physiquement que mentalement ! Même si Samson n’avait pas l’air du tout convaincu parce que je pensais, mais je me moquais de son avis ! Je pouvais les faire ses examens ! Je me mordis les joues pour ne pas répliquer à Pétronilla ou même vouloir tenter de lui prouver le contraire. Je préférais rester silencieuse et la sentir m’obliger à prendre mes anti-douleur n’aidait pas à ce que je sois plus sage. Mais je les pris en détournant la tête et en boudant comme une petite fille. Samson resta contre moi et je sentis rapidement le sommeil venir me prendre par-derrière et m’assommer proprement.

***

Samson observa Sasha qui venait de s’endormir et poussa un soupir tout à fait Caméléon avant de pousser et de tirer comme il le pouvait les cahiers hors de vue de sa maîtresse. Il s’installa quelques instants sur l’épaule de Petronilla pour lui lécher avec affection la joue. Oui, c’est affectif quand il lèche la joue, avant de trottiner pour aller boire tranquillement en attrapant au passage les anti-douleurs et les installer près de Sasha. C’était un brave Caméléon le Samson, mais il n’était qu’un Caméléon et sa maîtresse ne l’écoutait pas beaucoup. Il se démena pour tirer comme il pouvait la couverture sur Sasha à qui il donna un petit coup de tête avant de regarder la seule et unique adulte du lieu. Son regard voulait tout dire « J’essaie de la raisonner : mais elle n’écoute pas… ». Il chipa un petit truc à manger avant de s’installer sur le torse de sa maîtresse pour veiller sur son sommeil.

***

Ce fut la douleur qui me tira des affres du sommeil. Je cillais et me frottai les yeux en baillant un peu. J’avais l’impression de m’être pris un coup de barre de métal derrière la nuque que je massais. Je baissais les yeux sur Samson, blottie contre moi en quête de chaleur. Je caressai doucement ses écailles avec un sourire, avant de remarquer la disparition de mes cours et que j’avais le flacon d’anti douleur bien en évidence à côté de moi. Je grognai furieuse de la coalition entre mon propre familier et Pétronilla.

« T’es qu’un traître Samson ! »

Il me dédia son plus beau sourire de Caméléon comme excuse.
Voir le profil de l'utilisateur

Petronilla O'Grady
Sorcière
☾ Visage : Garde malade - ft. Sasha Tumblr_pg4yx9Mwbx1tbdvauo1_500
☾ Faceclaim : Emma bitchyqueen Roberts
☾ Messages : 442
☾ Date d'inscription : 22/01/2019

Dim 19 Avr - 14:54


|
Garde malade ;
Sasha & Petronilla


— 16 novembre 2018. Nouvelle-Orléans. Arts & Warehouse. Appartement de Petronilla O’Grady.

Franchement pas facile la gosse ! Petronilla n’aime pas trop la tournure que prend la situation. Ni la tournure que prend leur relation d’ailleurs. Elle préfère l’avoir en élève. Parce que là, elle ne sait pas trop comment se situer. Elle est son professeur, une figure d’autorité et elle espère un adulte référent mais à part le domaine des apprentissages, elle se voit mal lui dire ce qu’elle doit faire. Alors oui elle suit les conseils des médecins, elle a accepté de la prendre chez elle et de s’en occuper mais elle ne pensait pas que jouer les garde-malades serait aussi compliqué.  Connaissant Sasha pourtant elle aurait dû s’en douter. Et elle ne peut pas lui imposer indéfiniment de prendre ses anti-douleurs si elle ne le veut pas. Une fois, une seule fois. Elle n’userait plus de sa magie sur Sasha. Ma maison, mes règles ? Elle ne veut pas se réduire à ça.

Est-ce que se sera aussi compliqué quand elle aura des enfants ? Est-ce qu’elle devra énoncer des arguments, se prendre la tête et hausser le ton, menacer ? Bon… déjà il faudrait qu’elle se marie avant de songer à avoir des enfants. Et vu l’état actuel de ses relations avec ses cousins-potentiels-fiancés c’était pas pour demain. Et l’ambiance électrique à cause de l’enlèvement des sorciers et la trêve avec les chasseurs ne développaient pas tellement un climat encourageant la romance. « Enfin bref, merci de ne plus penser à cela pour le moment, j’ai autre chose sur le feu ! » pensa Petronilla.

Samson, adorable familier, prend soin de sa maîtresse endormie, poussant cahiers et manuels, tirant sur la couverture et plaçant les anti-douleurs à sa portée. Petronilla le regarde faire avec attendrissement. Puis il grimpe sur son épaule pour lui lécher la joue et elle lui gratouille doucement le haut du crâne. Ils échangent un regard entendu.

« Il va falloir qu’on se serre les coudes mon cher Samson. Avec ce petit ouragan. »

Nótt se décide à se réveiller. Aujourd’hui il a pris la forme d’un collier et dort contre le sternum de son âme sœur. La chaîne tremble et le familier prend sa forme animale. Les deux créatures échangent des salutations et entre en communication. Petronilla embrasse sa chauve-souris puis se dirige vers la cuisine pour se préparer un thé. Alors que sa boisson infuse et laisse échapper de gracieuses volutes de fumée, Nótt vient se poser dans sa main. Ce qu’il lui dit est très intéressant. Elle l’embrasse encore une fois et elle s’empresse d’embrasser au Samson pour cette information cruciales. Ensuite elle s’empare de son miroir pour entrer en contact avec @Caleb O'Brien . Les deux sorciers discutèrent et parviennent à un accord. Visiblement lui seul arrive à convaincre Sasha de faire quelque chose qu’elle ne veut pas. Et cela convient parfaitement à la sirène de déléguer le souci « elle ne veut pas prendre ses anti-douleurs » à un autre. Surtout si ça peut lui éviter de fritter tous les jours avec Sasha.
Quelques heures plus tard, Sasha se réveille et vocifère contre la trahison de son familier. Petronilla arrive avec un plateau avec les sucreries préférées de son élève. Pour se faire pardonner.

« Je t’ai préparé un petit goûter. » dit-elle en venant s’asseoir à ses côtés. « Et il y a quelqu’un qui souhaite te parler. » annonce-t-elle en lui tendant son miroir magique. « Je vous laisse discuter. Je suis dans la cuisine si besoin. »

(c) SIAL ; icon kawaiinekoj



and when they dare to tell you about all the things you cannot be, you smile and tell them : "I am both war and woman and you cannot stop me"
Voir le profil de l'utilisateur

Caleb O'Brien
Sorcier
☾ Faceclaim : Théo James
☾ Messages : 136
☾ Date d'inscription : 08/11/2019

Dim 19 Avr - 21:52
garde malade

feat Petronilla O'Grady, Sasha Duschene & Caleb O'Brien(passage éclair !)

Son regard se pose sur le kiné qui regarde son épaule avec une fascination étrange. Si Caleb avait opté pour la magie plutôt que pour la rééducation, il aurait compris, mais là, il ne pige pas réellement pourquoi son kiné le regarde sous toutes les coutures. Le brun croise alors le regard de son médecin qui se met à piquer un fard. Okay, il vient de comprendre. Content de l'effet qu'il fait à son thérapeute, il n'en laisse cependant rien paraître. S'il est heureux de voir qu'il fait toujours de l'effet, il n'empêche qu'il se souvient encore du destin funeste de la première personne avec qui il a été. Et le souvenir n'a rien de beau. Laissant alors le soin à l'autre homme de terminer sa rééducation sans aucun froncement de douleur, le sorcier se prend à rêver d'adoption. Ces derniers temps, il a envie d'un autre animal, un animal qu'il pourra entraîner comme ses deux petits furets et comme sa chienne, un animal qui pourrait être... « C'est terminé pour aujourd'hui. » Le brun se secoue, bouge son épaule et la sent complètement dénoué. Si la torture qu'il a subit petit lui permet de supporter plutôt bien la douleur, être gêné dans ses mouvements n'a rien d'agréable. « Encore une séance c'est cela ? » Le thérapeute hoche la tête et lui fait son papier pour aujourd'hui, notant la nouvelle séance sur son ordonnance. « Votre épaule bouge parfaitement, la dernière séance servira a finir de détendre les muscles et vous pourrez continuer les exercices que je vous donne à faire tous les jours. » Le télépathe hoche la tête, se rhabillant tranquillement. Une séance supplémentaire plus ces petits exercices améliorait visiblement sa souplesse, il s'était même pris à faire les exercices sur l'autre épaule aussi, ce qui lui permettait un mouvement rotatif de ses armes nettement plus rapide. En bon soldat, le détective était heureux de ce que cela impliquait, même s'il savait déjà que son père n'apprécierait pas l'effort.

Une fois son ordonnance en main, il remercia le jeune homme et sortit tranquillement, prenant le chemin pour retourner chez lui. Plusieurs heures plus tard, le sorcier était entrain de préparer du pain pour demain lorsque son miroir sonna. « Tempête, miroir. » La chienne lui apporta alors qu'il finissait de filmer son bol. « Petronilla. Bonjour. Laisses-moi juste quelques minutes. » Une fois ses mains lavé, il reprend la conversation et ce qu'il entend ne lui plaît pas du tout. Sa main passe nerveusement dans ses cheveux. Pourtant, il était certains que Sasha avait compris l'enjeu. Quoi qu'il en soit, il promis à la sorcière de parler à la jeune fille et quelques minutes plus tard, le visage grognon d'une Sasha s'afficha dans son miroir. « Tu peux m'expliquer ? » Ouais, l'Irlandais avait la voix froide, loin de toutes ces fois où il avait parlé à la jeune femme. « Non, je ne veux même pas d'explication. Bon sang Sasha. Tu te rends compte de ce que tu fais au moins ? » Pourquoi s'évertuait-il a poser des questions auxquels il avait déjà les réponses. « Pas la peine de répondre à celle-là non plus. Tu sais parfaitement que tout ça c'est pour ton bien. Tu as envie d'être paralyser par la douleur ? De finir comme moi qui ressent à peine la douleur à force d'avoir trop souffert. Ton corps est à la limite de ce qu'il peut endurer. Bientôt, tu anesthésieras tes propres nerfs et crois-moi, ce n'est pas bon du tout. » Et il savait parfaitement de quoi il parlait. « Je sais parfaitement que ces médicaments t'embrouilles l'esprit, que ce n'est pas agréable, que tu aimerais guérir plus rapidement, mais pense plutôt à la chance que tu as d'être en vie après ce qui est arrivé. » Il soupire doucement. Il n'est pas déçu de son comportement, enfin peut-être de son entêtement.

Il la sait forte et vive. Il sait aussi que c'est compliqué pour elle d'être alité, surveillé même. « Si cette situation ne te plaît pas, dis-toi quelque chose : elle ne changera pas tant que tu ne changeras pas ta façon de penser. » Le sorcier sait parfaitement que la raisonner ne servira à rien, alors pourquoi ne pas lui lancer un défi. « Vois ça plutôt comme un défi, comme une épreuve. Maintenant que tu as pris des balles, tu sais parfaitement l'effet que ça. Tu sais aussi que cela prend du temps de t'en remettre et que c'est carrément chiant. Parce que tu ne peux plus te débrouiller seule, que tu n'as pas d'autres choix que de dépendre de quelqu'un et comme tu détestes ça, tu n'en as pas envie. Alors, prend tes médicaments. Ils te servent à te remettre sur pied. Plus vite tu te remettras sur pieds, plus vite tu feras un pied de nez à la situation et plus rapidement tu pourras retourner chez toi et faire ce dont tu as envie. » Il s'arrête un instant, la regarde doucement. « Tu ne penses pas que cette situation est la plus adapté ? » Il se tait de nouveau, la laisse réfléchir. Peut-être peut-il ajouter quelque chose en plus. « Et si t'es sage et que tu fais bien tout ce que les médecins et tes gardes-malade te dise, alors t'auras le droit à une surprise. » Peut-être qu'avec cela, elle sera plus encline à suivre les ordres. Le télépathe sait parfaitement que ce n'est pas évident, pourtant, elle n'a pas le choix. Si elle s'obstine, elle risque fort de mettre plus de temps à récupérer, voir elle ne récupérera peut-être pas toutes ses facultés. Ce serait vraiment stupide non ? Il espère sincèrement qu'elle comprendra.



Voir le profil de l'utilisateur

Sasha Duschene
Sorcière
☾ Faceclaim : Taissa Farmiga
☾ Messages : 123
☾ Date d'inscription : 13/01/2020

Dim 19 Avr - 23:47
J’avais encore l’arrière-goût des effets du médicament. Mais j’étais au chaud dans les couvertures, installée comme seul j’aimais l’être. C’était un coup de Samson. Ce sale traître… Entre lui et Pétronilla… J’aurais dû insister pour rentrer chez moi. J’aurais peut-être été seule, mais au moins personne pour me forcer à prendre ces foutus médicaments à la morphine qui me rendaient mole et incapable de quoi que ce soit à part fixer le plafond en se demandant quand il allait arrêter de bouger. Entre ça et les hallucinations… C’était tellement fun de prendre ce genre de truc… Et si je n’arrivais plus à m’en passer après ? Qu’est-ce que j’allais faire ? Être accro aux anti-douleurs… Caleb m’avait dit qu’il ne me laisserait jamais sombrer… J’avais peur de ce que ça pouvait donner sur moi. Je tournai la tête vers Pétronilla quand elle s’approcha de moi avec le plateau. Miam. J’eus un sourire, j’aimais le sucré.

« Merci. »

Quelqu’un qui voulait me parler. Je pris le miroir de ma main libre avant de la regarder partir puis de regarder le miroir. Caleb. Et au vu de sa tête il n’était pas content du tout. J’ouvris la bouche pour parler et tenter une réponse avant de la refermer et la rouvrir. Et la refermer. OK. Valait mieux que je me taise de manière définitive. J’enfonçai ma tête dans mes épaules en baissant les yeux. Je me sentais coupable de tout ce qu’il me disait. Je l’avais déçu… Horriblement déçu. Et je crois que c’était ça le pire d’avoir déçu un des êtres qui comptait le plus dans ma vie et sûrement à qui je tenais le plus. Il faisait partit du trio : Morgane, Alaïs et lui. Sauf qu’avec lui comme avec Morgane, notre entente avait été instinctive… Je hochais sagement la tête toujours en le regardant.

« Si… »

Il avait parfaitement raison bien sûr… Je préférais taire toutes mes pensées sur le fait que c’était aussi une punition pour moi de pas accepter les antidouleurs, parce que j’avais mit en danger les autres, parce que… beaucoup de chose que je n’arrivais pas à expliquer… Je baissais la tête sans rien dire. Samson se glissa sur mon épaule en frottant sa tête contre la mienne avant de faire coucou d’un mouvement de queue à Caleb. Je relevais un peu la tête vers lui quand il évoqua une surprise. J’eus un petit rire :

« Goûter enfin les plans dont on me vante la qualité depuis longtemps ? Promis je vais les prendre… »

Je grondai légèrement quand Samson, un peu trop heureux de voir Caleb lécha le miroir. AH ! Ce familier… Je dis au revoir à Caleb en lui faisant un petit bisou avant de poser le miroir, face contre le canapé et d’inspirer profondément. En quelques secondes je sentis les larmes couler sur mes joues. J’avais déçu Caleb… Samson se glissa dans mon cou avec douceur en faisant un sifflement très doux un très léger grognement. Un son de caméléon indéfinissable en soi. Je ne dis rien, serrant la petite créature d’écaille contre moi en enfouissant en partie ma tête sous les couvertures. Ça faisait mal d’avoir si honte que cela. Samson resta un moment à tenter de m’apaiser tout doucement, passant d’une couleur vive de joie à une couleur plus douce d’un beau bleu presque vert. Je finis par me forcer à sortir de sous les couvertures. Avec Samson en gris-violet maintenant, je lui caressai doucement le corps sans rien dire en observant le goûter avant de me forcer à grignoter sans appétit quelques gâteaux, je souris à Samson,

« Va voir Pétronilla, faut que tu manges tes sauterelles. »

Je me servis un verre d’eau avant de renverser maladroitement une gelule avant de regarder la quantité. Je préférais la casser en deux et d’en prendre une entière plus tard. Je la fis passer avec de l’eau et une grimace sans rien dire. Samson avait sauté du canapé et galopé vers la cuisine… Je me demandais si le terrarium lui manquait… Je levais les yeux en croyant voir une ombre noire… j’avais dû rêver.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Garde malade - ft. Sasha
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser